Dans un rapport d’experts, commandé par Arnaud Montebourg, recommande l’expérimentation en France d’une technologie à base de fluoropropane pour l’exploitation du schiste.

Sur le chapitre concernant les nouvelles technologies, ainsi que les technologies en devenir, le rapport(1) revient sur la fracturation au propane. Plus propre que l’eau/propant, son avantage étant évidemment de ne pas faire usage d’eau: « Ce non recours à l’eau permet d’éviter les conflits d’usage et les questions relatives au retraitement de grandes quantités d’eau polluée »(2). Néanmoins, un obstacle de taille se présente, le propane étant hautement inflammable(3) (et explosif!).

Toujours selon le même rapport, la société ecorpStim(4) propose une stimulation de puit nommé « Propane Non-Inflammable » (NFP), basé sur l’heptafluoropropane(5) (FM200). C’est un fluide utilisé dans l’industrie pharmaceutique (propulseurs, inhalateurs,..), ainsi que dans l’industrie (extincteurs,..).

ecorpstim: Stimulation Propane Non-Inflammable
ecorpstim: Stimulation Propane Non-Inflammable

Plus de 95% de ce fluide serait récupéré lors de la fracturation, de plus cette molécule n’a aucun effet sur la couche d’ozone (développé à l’origine pour justement remplacer les chlorofluorocarbures). Son potentiel de pollution par gaz à effet de serre est faible, car les fuites sont rares (>0,4%) et le produit n’est que peu polluant (actuellement 0,05% des gaz à effet de serre). En reprenant l’hypothèse de départ, de 6000 à 18.000 puits sur 30 ans (soit 300 à 900 plateformes (et donc 100 à 300 puits par an)), la pollution liée à la stimulation par ce fluide ne serait pas notable.

Lors d’un débat sur BFM Business, intitulé « Gaz de schiste: pourquoi l’omerta en France ? »(6)Jean-Louis Schilansky, président du CHNC, revient sur une situation problèmatique, qui est l’absence de débat et de recherche en France:

On a figé une situation avec une technique donnée et cette technique à beaucoup évoluée. Dans cette loi de 2011 il était prévu de créer une commission d’évaluation; il y a un décret d’application qui est sorti, et qui est resté lettre morte. Ce que nous (ndlr: CHNC) disons aujourd’hui, c’est: créons cette commission et ayons un débat!

Ne tombons pas dans l’obscurantisme, et posons les problèmes pour avancer. Le secteur du schiste pourrait tout de même rapporter de 103 à 295 milliards d’euros, et créer de 120.000 à 225.000 emplois en France.

  1. Rapport Montebourg sur les gaz de schiste []
  2. rapport p.39 []
  3. CDC.gov: Fiche internationale de sécurité chimique du n-propane []
  4. ecorpStim: Environmentally Protective Reservoir Stimulation []
  5. NIST.gov: Propane, 1,1,1,2,3,3,3-heptafluoro- []
  6. BFM Business: Gaz de schiste: pourquoi l’omerta en France ? (1/4) – 07/04 []
En haut