De nombreuses personnalités sont enterrées au cimetière du Père La Chaise, ce qui fait de lui, avec près de 3 millions de visiteurs par an, l’un des cimetières les plus populaires au monde. Néanmoins peu de monde connaît… le Père La Chaise.

Avant de devenir célèbre, le cimetière était un terrain portant le nom de Champ de l’Évêque, parce qu’il appartenait à l’évêque de Paris. Puis les jésuites en firent l’acquisition (1626), et comme le Louis XIV enfant s’y était promené, on le nomma Mont-Louis.

François d’Aix, seigneur de La Chaise, plus connu sous le nom de père La Chaise, fut nommé confesseur du roi en l’an 1675, tout comme son oncle, le Père Coton, fut confesseur d’Henri IV. Il lui fut adjoint la direction des affaires ecclésiastiques; l’érigeant comme l’un des hommes les plus importants de France. Le père La Chaise n’habitait pas Versailles, mais la maison professe(1) (actuellement lycée Charlemagne) près de l’église Saint-Paul à Paris.

Père de la Chaise
Père de la Chaise

Pour lui procurer une agréable retraite en retour de son harassante mission, le roi ordonna l’embellissement de cet enclos. La maison fut reconstruite avec deux étages supplémentaires, sa façade tournée vers Paris, des parterres et des bassins fut établis.

La maison de Mont-Louis, au Père de la Chaise
La maison de Mont-Louis, au Père de la Chaise

À la mort du Père La Chaise, Mont-Louis devint la maison de campagne des jésuites, et ne cessa point d’être un foyer d’intrigues. On dirait même qu’il fut l’endroit où fut conçu le projet de la révocation de l’édit de Nantes. À la fin de cet ordre fameux, Mont-Louis fut vendu par décret le 31 août 1763 pour payer les créanciers des jésuites. Tombant dans les mains de divers riches propriétaires. Son dernier occupant, Le Baron Desfontaines, ruiné par les temps révolutionnaires, cède le 9 Ventôse an XI (28 février 1803), cette magnifique propriété de dix sept hectares située, à l’époque en dehors des limites de Paris. Avec l’aval de Napoléon Bonaparte, le préfet du département de la Seine, Nicolas Frochot, rachète ce domaine en vue d’être converti en cimetière.

Enclos du Mont-Louis
Enclos du Mont-Louis

Ce n’est qu’après un an de travaux, le 1er Prairial an XII (21 mai 1804), que le cimetière fut inauguré; le premier corps enterré fut celui du porte-sonnette de l’un des commissaires de police du faubourg Saint-Antoine.

  1. Lycée Charlemagne: Histoire – ère des jésuites []
En haut