Cette semaine se tient la COP21, il est grand temps de comprendre si le réchauffement climatique est réel, ce que cela implique, et que penser des théories « climato-sceptiques ».

La COP21 se déroulera du 30 novembre au 11 décembre à Paris(1), cela ne vous a surement pas échappé, et vous avez surement aussi entendu parler d’un imbroglio autour du réchauffement climatique. Est-il réel ? Quelles en sont les causes ? Est-ce grave ? Quelles solutions a-t-on ? Nous allons rapidement expliquer ce dont nous sommes surs, et ce qui reste flou.

Rejet de CO2 dans l’atmosphère

Le dioxyde de carbone (CO2) est, entre autre, rejeté lors de la combustion de carbone fossile, comprenez : lors de la combustion du charbon, pétrole, gaz et autres carburants fossiles. Depuis la révolution industrielle, au début du XIXème siècle, et plus particulièrement la deuxième vague de la révolution industrielle, c’est-à-dire au milieu du XXème siècle, la consommation de ces énergies fossiles a explosé.

Production d'énergie fossile
Production d’énergie fossile

Ce CO2 va se réfugier dans l’atmosphère, mais si, vous savez, l’atmosphère, cette enveloppe gazeuse qui vient recouvrir la terre. Elle sert à protéger la vie sur terre en absorbant le rayonnement solaire UV et en réchauffant la surface par l’effet de serre (ce qui nous évite de trop avoir froid). Composé à 78% de diazote, 21% de diogène, 1% d’argon, et… 0,04% de dioxyde de carbone. Alors on va me dire « Ce sont ces pauvres 0,04% qui posent problème ? », et c’est en effet bien ceux là.

Pour comprendre, il faut savoir que durant les 2000 dernières années la concentration était d’environ 0,028% (280 ppm), et en octobre 2015, elle était de 398 ppm(2).

Concentration de CO2 depuis 1960
Concentration de CO2 depuis 1960

Et pour avoir une idée des taux « avant » cette révolution industrielle, on étudie l’air coincé dans des bulles lors de carottage dans la glace :

Évolution longue de la concentration de CO2
Évolution longue de la concentration de CO2

Alors super, on sait que la concentration de CO2 augmente dans l’atmosphère, que cela implique-t-il pour notre couche de protection, et surtout, sur l’effet de serre?

Le CO2 accentue l’effet de serre

L’effet de serre est un mécanisme normal, et nécessaire à la survie sur terre. En effet, sans cet effet de serre, le rayonnement du soleil, capté par la terre, ne resterait pas emprisonné à la surface. Les températures seraient de l’ordre de -18°C, en lieu et place de nos 14°C de moyenne. Certains gaz ont le rôle d’accentuer l’effet : les vapeurs d’eau (H2O) pour 60%, dioxyde de carbone (CO2) pour 26%, l’ozone (O3) pour 8%, et le méthane et oxyde nitreux (CH4 / N2O) pour 6%(3).

Effet de Serre
Effet de Serre

Les vapeurs d’eau s’auto-régulent : lorsque la concentration en eau est trop élevée, ce surplus est transféré aux mers et océans. Il reste les gaz produits par l’Homme: CO2, ozone et méthane. On en entend souvent parler, on les nomme même gaz à effet de serre (GES). L’augmentation de la concentration de ces gaz consolide l’effet de serre, et entraine une augmentation de la température moyenne à la surface du globe.

La corrélation entre l’effet du CO2 sur l’effet de serre et la température de la terre

La question qui se pose à présent : augmentation du CO2, ok, le CO2 accentue l’effet de serre, ok, mais la température augmente-t-elle significativement, et dans quelles proportions ? Pour répondre à cette question, diverses agences s’occupent de prendre la température de la terre. Voici un aperçu  des résultats des 4 plus grosses agences(4):

Températures annuelles depuis 1880
Températures annuelles depuis 1880

C’est sur ce point que les « climato-sceptiques » entrent en jeu. Selon eux, le ralentissement, voire la baisse lors de la période 1940-1980 n’est pas explicable. L’ampleur du réchauffement est aussi remis en cause. Selon certains scientifiques, les chiffres calculés et projetés seraient démesurés. Néanmoins, un point n’est pas remis en cause : la terre se réchauffe dans une proportion à déterminer. Ces projections ont été réunies dans ce graphique, qui démontre bien les grandes différences entre les modèles. Certaines donnent +2,5°C en 2050, d’autres seulement +0,5°C. En noir, la courbe des températures observées :

Projection des températures sur 2050
Projection des températures sur 2050

Les répercutions en 2050, et même 2010 sont donc inconnues. Personne ne peut déterminer précisément comment sera la terre avec 1, 2, ou 5°C de plus; cela n’enlève pas le risque énorme d’une élévation des températures. A noter que très souvent les associations écologistes parlent de « sauver la planète« , alors ça n’est pas la planète qui court un risque, c’est l’espèce humaine; la terre s’étant déjà sortie de situation bien plus graves.

Solutions pour l’Homme et son avenir

La solution semble simple : réduire les émissions de CO2. Un graphique très bien fait nous explique d’où viennent ces gaz à effet de serre. A noter que seuls 9,9% proviennent des voitures (transports > route), pourtant, il est souvent pointé du doigt, alors qu’en comparaison, la déforestation agit sur 18,3%.

Emission GES par secteur
Emission GES par secteur

Il ne reste plus qu’à apporter des solutions pour chacune de ces flèches, facile en principe, difficile dans son application. La taxe carbone(5) par exemple, taxant l’émission des gaz à effet de serre est vue d’un très mauvais œil par les consommateurs, qui vont voir leur facture augmenter dans beaucoup de secteurs(6). En septembre, l’Assemblée nationale, au terme d’un débat très consensuel, a voté en faveur d’un quadruplement, entre 2016 et 2030, de la contribution climat énergie (taxe carbone).

Reste aussi à changer les modes de consommation, réduire la part de viandes (l’élevage étant fort consommateur de l’agriculture, pour la nourriture des bêtes), isoler plus efficacement les maisons et bâtiments, diminuer drastiquement le nombre de centrales à charbon (surtout présentes en Inde et en Chine), réduire ou taxer les déplacements,…

  1. COP21 : conférence des nations unies sur les changements climatiques []
  2. ESRL : Global Greenhouse Gas Reference Network []
  3. ENS Lyon: Quelques chiffres sur les gaz à effet de serre []
  4. NASA: Why So Many Global Temperature Records? []
  5. INSEE : Taxe carbone []
  6. Le Figaro : Taxe carbone : la facture sera salée pour les Français []
En haut