En 2014, les centrales nucléaires françaises ont produit 416 TWh, soit 77 % de l’électricité. Néanmoins, il faut voir que ce chiffre ne laisse pas transparaître la consommation d’énergie de France, qui ne se résume pas à l’électricité. 

La France compte 19 centrales, dont 58 réacteurs, produisant 416 TWh(1), et elle est sans conteste la championne du nucléaire dans le monde. Toutes exploitées par EDF, elles représentent 77% de la production d’électricité en France. Il est donc de rigueur dans les médias et dans l’inconscient populaire de croire que la France vit en majorité sur le nucléaire. Dommage, mais c’est rigoureusement faux.

Production versus consommation

Une erreur commune est de se tromper entre la production et la consommation d’énergie. Dans le premier cas, il s’agit de la transformation ou l’extraction de matière, par exemple des puits de forage pour le pétrole/gaz, des mines de charbon, des centrales (à charbon, gaz, nucléaire,..) pour l’électricité, ou bien encore les barrages hydro-électriques, panneaux photo-voltaïques, éoliennes, etc… La consommation, quant à elle, représente l’énergie finale, consommée par l’utilisateur ou l’industrie.

La différence essentielle réside dans le fait que nous importons une large part d’énergie, en 2014, cela représentait 145,7 Mtep, dont 54,2 pour le pétrole, 41,5 pour les produits pétroliers raffinés, 39,9 de gaz, et 8,8 de charbon. A noter que nous exportons cette fois-ci, notre électricité et des produits raffinés pour 29,1 Mtep. Pour illustrer, voici notre besoin (consommation) et notre production, au cours des 40 dernières années:

Production et consommation d’énergie primaire
Production et consommation d’énergie primaire

Consommation finale d’énergie par secteur en France

Le Commissariat général au développement durable (CGDD(2)), et plus particulièrement son service de l’observation et des statistiques fournit un rapport (quasi) annuel, présentant les chiffres de la consommation finale, par secteur. Les données n’étant pas directement agrégées, j’ai pris la peine de les réunir dans un graphique, pour vous donner une idée des proportions dans chaque secteur (en Mtep) :

Consommation d’énergie finale par secteur
Consommation d’énergie finale par secteur

La consommation d’énergie finale s’établit à 150 Mtep en 2014, le secteur le plus gourmand étant les transports avec 32,6% de l’énergie totale, suivi par le résidentiel à 30,5%. La première chose que l’on note sur ce graphique, c’est qu’au final, l’électricité (composé à 77% du nucléaire) ne soit que très peu représentée. Sous un autre angle, si nous agrégeons les valeurs pour laisser apparaître le découpage par type d’énergie :

Consommation d’énergie finale
Consommation d’énergie finale

En découpant ainsi, on s’aperçoit que seuls 25% de l’énergie finale est tirée de l’électricité, les énergies fossiles (charbon, pétrole, électricité) représentent 65%, et les énergies renouvelables (bois-énergie, hydraulique, pompes à chaleur, éolien, solaire, géothermie,…) 10%.

Tout cela dans le but de bien comprendre que oui, la France produit 77% de l’électricité via le nucléaire, mais que l’énergie ne se limite pas à l’électricité. La majeure partie provient d’importations ; la France ne produisant quasiment plus d’énergie fossile.

  1. EDF: Le nucléaire en un clin d’oeil []
  2. CGDD: Catalogues des publications []
En haut